2e Régiment d'Artillerie à pied de la Garde

Thierry Renier et Jean-Marie Maegermans (Président), Capitaines - Jean-Yves Sainthuile, Porte-Etendard - André Bricmont, Officier au Canon - Trésorier : Eric Lambert

 
2011
(Cliquez pour agrandir)

 






 








2008


 
2010

A l'origine, la Garde Consulaire possédait une compagnie d'artillerie à cheval de 98 hommes. Après la création de la Garde Impériale, une deuxième compagnie d'artillerie lui fut adjointe. En 1806, le corps fut transformé en un Régiment à 3 escadrons. Ne possédant qu'un Corps d'Artillerie à cheval, la Garde se voit dotée, en 1808, d'un Régiment d'Artillerie à pied à 6 compagnies et d'une compagnie d'Ouvriers-Pontonniers. Ce régiment formait corps avec l'Artillerie à cheval (4 compagnies). En 1813, un deuxième régiment est constitué. En 1814, 6 compagnies font partie de la Vieille Garde pendant que la Jeune en compte 16. Pendant la courte campagne de 1815, l'Artillerie à pied compta seulement 6 compagnies de Vieille Garde et une compagnie d'ouvriers. L'Artillerie de la Garde, qui se couvrit de gloire sur tous les champs de bataille de l'Europe, servit de foudre au génie du Maître. (Cdt E.-L. BUCQUOY, La Garde Impériale. Vol. 1 Troupes à pied. J. Grancher, Paris, 1977 (p. 89). Coll. Les Uniformes du Premier Empire).

 

Depuis 1875, dans l'appellation Les Rouges, la Compagnie constitue l'un des piliers de la Saint-Pierre...-et- Paul.