La Marche "Saint-Pierre" 1919

Voici comment Pierre Wautelet l'a racontée (cfr. J. François, in :Florinas, 1985, p.5.):

 

"Tout comme cela avait été le cas en 1918, sous l'occupa­tion allemande, la marche Saint-Pierre eut effectivement lieu à Florennes en 1919. Elle était uniquement composée d'une compagnie de petits marcheurs. Les aînés avaient été amenés à déclarer forfait, eu égard au marasme et à la désorganisation engendrés par le premier conflit mondial.

Forts de leur expérience de l'année précédente, nos jeunes menèrent les choses rondement. Demande ayant été intro­duite auprès des autorités, M. le doyen Alexandre Sevrin donna son assentiment, à la requête de M. Pestiaux, bourgmestre, mais à la condition expresse que la compagnie suivrait la procession, plutôt que de la précéder. C'était bien sûr con­traire aux usages, mais le clergé avait de bonnes raisons de craindre du désordre, vu que le recrutement s'était déroulé à l'institut Saint-Joseph, dans un climat de fièvre et d'exalta­tion indescriptibles. Pierre Wautelet, actif recruteur, avait même été menacé d'exclusion par les Frères, parce que suspecté d'être un meneur et de distraire les examens.

Le petit cheval qu'il montait, en sa qualité de major, appartenait au fermier Dancot de la ferme de l'abbaye, lequel avait occupé peu de temps auparavant, celle de la Chapelle. Il devait en résulter, pour Pierre Waute­let, bien des mésaventu­res, l'animal ayant une tendance instinctive à vouloir cons­tamment regagner ses anciens quartiers car le fermier, far­ceur, avait mis un mors en caoutchouc. Il revint en pleurant à sa maison où on le consola en le remplacant par un mors à bascule. Ce petit cheval (un poney), lorsqu'il était attelé à une voiture pour deux personnes, faisait le chemin Florennes-Dinant, soit 25km, en une heure et quart.

Quant à nos jeunes grenadiers en herbe, leurs fusils à capsules ne les empêchèrent nullement de faire des décharges chez les notabilités de la ville et de recevoir "moultes dringuelles" pour leurs prestations. Avec des moyens très limités, mais avec la participation de tous, dans une ambiance du tonnerre, la marche Saint-Pierre put se dérouler normale­ment et rencontrer un beau succès."

1919-saint-pierre.jpg

De gauche à droite : Pierre Delfosse, Pierre Wautelet (à cheval), René Cavillot, Firmin Daune

1919-saint-pierre-florennes-03.jpg


Identification par Pierre Wautelet (1985). De gauche à droite : André Scaillet (vu de moitié), Raymond Scaillet, Fernand Jossart, Firmin Daune, Georges Jossart, Fernand Cavillot, Pierre Wautelet (à cheval), Roger Cavillot, Henri Hardy, Adelin Berthe, Roger Lambot, Victor Hardy, René Cavillot, Pierre Delfosse, Augustin Lagneau (porte-drapeau).

Photo prise par « Mimie » Betrand, dans le jardin de la librairie familiale, rue de Mettet.

Le papa de Michel Wautelet - qui nous a transmis ces documents -, Pierre Wautelet, major en 1918 et 19, est décédé en 1993.

Depuis 1875, dans l'appellation Les Rouges, la Compagnie constitue l'un des piliers de la Saint-Pierre...-et- Paul.