Quelques mises au point

E. Detaille, Le rêve (1888). Musée d'Orsay.

Comme déjà mentionné, dans la rubrique "Compagnie", Les Rouges présentent divers "pelotons". Ces termes ne correspondent en rien aux appellations du premier empire. La tradition de la Saint-Pierre et la reconstitution historique suivent des voies très différentes. Même si la plupart des uniformes des Rouges constituent des répliques plutôt fidèles de ceux portés par les soldats de Napoléon (1800/4-1815(1)) - à quelques détails près, d'étoffes notamment - et ce, depuis plusieurs décennies, les marcheurs sont loin d'être tous des adeptes nostalgiques de l'Empereur.

    

  (1) Sapeurs 1er, Sapeurs Dragons, Vétérans, Artilleurs, Batterie, Gendarmes, Etat-major, Grenadiers 

 

 

 

  Vitrines du Musée de l'Armée (Hôtel des Invalides)  http://www.galerie.roi-president.com/displayimage.php?album=26&pos=79

 Les Zouaves, quant à eux, s'inscrivent dans une époque postérieure, celle du second empire (1852-1870) de Napoléon III.  

Les Sapeurs, dits du 2e empire, sont les héritiers de traditions bien plus anciennes : renaissantes ou médiévales, voire antérieures.  

 
Les hommes sauvages ou de feuilles (Voir Sapeurs 2eme) 

L'association des Marches à un saint, ou deux, comme à Florennes, ( et ce, indépendamment de toutes lees considérations historiques) témoigne du fait que, à côté de la dévotion, le climat de fraternité l'emporte sur tout aspect guerrier.

 

 

Depuis 1875, dans l'appellation Les Rouges, la Compagnie constitue l'un des piliers de la Saint-Pierre...-et- Paul.